Au nom de la Lune !

 

 

Qu’est – elle?

Depuis des milliards d’années, la Lune est la fidèle compagne de notre berceau, la Terre. Depuis toujours, sa présence est pour nous un réconfort. Elle a permis à beaucoup d’hommes de se repérer la nuit. C’est un astre si proche de nous que 12 hommes y ont déjà posé le pied !

Sans la Lune, il est probable que la vie telle que nous la connaissons n’ait jamais pu voir le jour sur Terre. Malgré le fait que la Lune ne soit que notre satellite naturel, son influence sur notre planète est immense.

C’est elle qui organise le va-et-vient incessant des marées, grâce à sa force gravitationnelle. C’est sa force qui maintient la Terre sur son axe légèrement penché, permettant l’existence des saisons. Sans la Lune, notre Terre serait un monde déchaîné par les vents violents et les cataclysmes, et seule une forme de vie primitive serait capable de résister à un tel climat. Au delà de toutes considérations scientifiques, elle est en fait un objet céleste exceptionnel.

De plus aucune théorie scientifique actuelle ne propose des éléments autres que toutes ces incohérences que nous pouvons lire, et aucune ne prouve réellement comment la Lune s’est formée.

Au cours des décennies il y a eu beaucoup de rapports scientifiques pour et contre l’effet de la Lune sur le comportement de l’homme. Celles ci, on fait naître des textes, qui montrent une activité de l’esprit plus émergeante, différente.  Certains rapport signale, que statistiquement il y a une augmentation des visites des services d’urgences générale ou psychiatrique et des personnes se plaignant de détresses physiques et mentales.

La fondation de recherche de la science de la Spiritualité (SSRF) a examiné les effets de la Lune sur le comportement humain en utilisant des recherches spirituelles méthodologiques:

“La recherche spirituelle que nous avons menée pour déterminer l’effet de la lune sur le comportement humain résulte d’une réponse courte, oui, il y a des effets sous différents aspects de comment la Lune affecte notre vie.”

 

Fonction de l'espirt d' une personne- l' effet de la lune sur l'esprit de l'homme

Les fréquences de la Lune sont un peu plus subtiles (intangibles) que les fréquences subtiles de nos pensées mais sont moins subtiles que les fréquences des impressions dans notre esprit. Les fréquences de la Lune  ont la capacité de pousser à faire surface les fréquences de pensées des impressions qui sont dans notre subconscient au conscient. Une fois qu’elles arrivent au conscient on prend conscience de ces pensées. Ainsi on est influencé par rapport aux impressions qui sont prédominantes dans notre esprit. 

 

 

Symbolisme de la Lune

La Lune est en premier lieu la lumière de la nuit dans le ciel. Elle illumine la terre les nuits de pleine lune et replonge cette dernière dans le mystère de l’obscurité jusqu’à la nouvelle Lune. Ce phénomène de constante apparition, croissance et disparition de la lune symbolise la vie, la mort, puis la renaissance avec l’apparition de la nouvelle Lune. Les peuples anciens mesuraient d’ailleurs le temps grâce au cycle régulier de la lune plutôt qu’a celui du soleil.

 

La Lune est associée aux déesses et au principe féminin dans la plupart des cultures, même si elle est peut être associée au principe masculin dans certaines d’entre elles, comme dans le panthéon nordique pré-chrétien et dans l’Egypte ancienne. En effet, Thoth était le dieu de la lune avant que les hellénistes ne l’ait assimilé à Mercure. 
La diversité des déesses lunaires dans les cultures conquises par les Grecs et les Romains est attestée par le grand nombre de divinités de la lune présentes dans leur mythologie.

La plus ancienne déesse grecque est Selene, dont les deux filles ont été engendrées par Zeus. Selene a finalement été supplantée par Artémis (Diana latine, Luna), soeur jumelle d’Apollon. Artémis était la déesse vierge de la chasse et des animaux. Elle parcourait les forêts accompagnée d’une biche (cf. “Signification des symboles : le cerfs et la biche”). Tous les hommes qui lui manquaient de respect étaient sévèrement punis et souvent tués. Artémis était également l’un des protectrices de la maternité et de l’accouchement, la transformation progressive du corps féminin pendant la grossesse étant symbolisée par le croissant de lune et la pleine lune.

Les Grecs ont également affecté différentes déesses aux différentes phases lunaires. En tant que vierge chasseuse indépendante, Artemis symbolisait généralement la Lune croissante. La matrone, aspect fertile de la pleine lune estsymbolisée par Héra (Junon latine), épouse de Zeus et protectrice de la maison et de la famille.
Hécate était la déesse de la lune décroissante et symbolisait la vieillesse dans la vie de la femme. Elle est un exemple de déesse qui fut puissante et vénérée et qui a été par la suite subsituée au profit de croyances orientées masculin. L’homologue de Hécate, la déesse égyptienne Hekit, présidait l’accouchement, notamment la naissance de l’enfant dieu-soleil chaque matin. 

 

 

Les Phases lunaires

La Lunaison (ou période synodique) correspond aux 29,5 jours que la Lune met pour accomplir une révolution complète. Lors de ce cycle, on a l’impression que la Lune change d’apparence.
  • Lorsque la Lune est placée entre le soleil et la Terre, on ne la voit plus, il s’agit de la nouvelle lune.
  • Lorsqu’elle se déplace sur son orbite, on commence à en voir une partie qui s’illumine progressivement. C’est le croissant de Lune.
  • Alors qu’elle continue sur son orbite, on finit par voir toute une moitié éclairée. Il s’agit du premier quartier.
  • Lorsque la Lune se situe à l’opposé du soleil par rapport à nous, il s’agit de la pleine Lune. Toute sa face est visible, car éclairée par le soleil.
  • La Lune continue alors sa révolution orbitale et recommence à s’assombrir progressivement, jusqu’à ce qu’elle soit invisible de moitié, c’est le dernier quartier.

Les phases lunaires

 

 

 

Les pouvoirs magiques de la lune d’après les spirituelles.com

La pleine Lune c’est le grand moment du cycle lunaire.  C’est un passage très important pour le travail intérieur – pour chercher en soi, pour guérir, pour transformer les blocages, pour se libérer du vieux dans notre vie c’est à dire d’abandonner les énergies inférieures et négatives, se débarrasser de ce que nous ne voulons plus comme la culpabilité, la peur, la déception, la jalousie qui sont contre productif pour les remplacer par du productif.

La nouvelle Lune, c’est le moment où nous semons notre intention.

C’est lâcher prise et recommencer à nouveau.

Les rituels de pleine Lune

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous croyez à la puissance de la Lune ou du moins vous avez cette curiosité d’en savoir plus.  Je vous partage donc des informations complémentaires pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent approfondir ses connaissances.  Elles sont tirées du livre « La Lunologie de Yasmin Boland », co-auteure de « L’Astrologie angélique » avec Doreen Virtue et de mes propres recherches sur les mystères de la Lune.

À quoi ressemble le mois lunaire ?

Plusieurs connaissent déjà 3 phases : la nouvelle Lune, le croissant et la pleine Lune.  Mais quelles sont les 5 autres phases et à quel moment arrivent-elles dans le mois ?

Les 8 phases de la Lune

Phase 1 – Nouvelle Lune – Nuit 0 – la lune est noire.  C’est la phase où nous semons les graines de ce que nous souhaitons accomplir durant le mois.  C’est le moment de nous dire que tout est possible, de songer à ce que l’on veut et non à ce que l’on ne veut pas.  C’est le moment de visualiser notre intention, notre rêve, notre projet.

Phase 2 – Le premier croissant : 4e Nuit –  la Lune est comme un croissant. Cette phase est le meilleur moment pour avoir la foi et croire en notre intention, notre rêve et de commencer les étapes pour y arriver.  Les peurs apparaissent et nous devons les voir comme des apprentissages et des enseignements.

Phase 3 – Le premier quartier de Lune : 7e Nuit – demi-Lune.  Cette phase nous demande de nous engager dès maintenant.  L’ego se pointe à cette phase et essaye de nous persuader que nous n’avons pas ce qu’il faut pour réaliser notre rêve.  C’est donc une phase pour faire le vide et laisser-aller toutes les peurs avec souplesse sans rigidité.

Phase 4 – La phase gibbeuse croissante : 11e Nuit – la Lune est au 3 quart pleine éclairée.  C’est le moment de s’assurer qu’on garde le cap, qu’on se souvienne qu’il ne faut jamais abandonner.  Ne laissons jamais notre ego gâcher nos plans et Dieu sait qu’il essayera.  Profitons de ce moment pour ajuster, affiner, rectifier notre intention ou notre rêve pour qu’il soit parfaitement comme on le souhaite.  On peut même se permettre de le changer un peu et même d’en lancer de nouveaux… car nous sommes sous l’influence de la Lune gibbeuse qui veut dire gonflée, gonflée de plein de potentiel.

Phase 5 – La pleine Lune : 15e Nuit – la Lune est complètement éclairée.  C’est la phase des résultats, du pardon et de la gratitude.  La pleine Lune c’est le grand moment de la phase lunaire, car c’est la phase où les vœux, les intentions, les rêves se matérialisent et/ou la phase où nous recevons des signes qu’ils se matérialiseront.  C’est la phase du point culminant où l’on doit pardonner à tous et à soi pour se désintoxifier.  Plus on se dégage, mieux on peut aller vers nos rêves. La pleine lune est la phase du lâcher-prise pour passer à autre chose.

Phase 6 – La phase gibbeuse décroissante : 18e Nuit – 3 quart pleine éclairée.   C’est le moment de r-e-s-p-i-r-e-r.  C’est le temps de se détendre et de laisser la pleine Lune faire son travail des derniers jours.  Il faut avoir la foi et donc cette phase invite à augmenter sa foi.  Si notre rêve ne se réalise pas, nous devons dire merci à la pleine Lune qui voit plus loin que nous.  Elle sait pourquoi ce n’est pas le bon moment.

Phase 7 – Le dernier quartier de Lune : 22e Nuit – demi-Lune.  C’est la phase de réévaluation et d’équilibre.  C’est le point médian entre la pleine Lune et la nouvelle Lune.  Il y a une tension durant cette période parce que c’est dans le milieu du soleil égotiste et la Lune émotionnelle. C’est le moment de nous donner une poussée dans le dos et de nous dire :  let’s go, tu es dans un tournant, prends une décision et ce sera la meilleure.

Phase 8 – Le dernier croissant – ou la Lune balsamique – 26e Nuit– la Lune ressemble à un croissant.  C’est la phase de guérison, de soulagement, d’abandon.  Balsamique vient du mot baume qui signifie guérir et soulager.  C’est le moment de croire que l’âme voit et sait pour nous.  C’est un grand moment pour laisser aller ce qui ne fonctionne pas comme des relations en qui vous ne trouvez plus la joie.  C’est un moment de relâchement.

Et pour terminer je vous dirais que La pleine Lune est aussi appelée « La reine des émotions » alors si parfois vos émotions vous semblent différentes, dites-vous que la Lune commence peut-être à avoir une grande influence sur vous !

 

 

La Lune dans le Tarot

(bey oui, je n’allais pas oublier quand même) 

 

Kim Krans

 

Kim Krans est non seulement illustratrice, mais aussi musicienne. Elle est l’artiste qui a créé The Wild Unknown, mon jeu fétiche !!!! Coup de foudre, quoi.

Dans son jeu, la Lune Nous rappelle que la conscience est vaste et profonde. Certaines parties de notre conscience se sentent en sécurité et confortables – d’autres parties se sentent mystérieuses et effrayantes. La Lune parle de toutes les manières dont l’immensité de notre inconscient peut se manifester: les rêves, les fantasmes, les visions, les illusions, les angoisses et les instincts.

Cela peut être décourageant d’explorer les vastes chambres de notre conscience. Il y a certains aspects de nous-même que vous pourriez être terrifiés à affronter, nous conduisant à les nier et à les réprimer. La Lune nous rappelle que lorsque nous refusons d’intégrer ces énergies, les énergies peuvent être destructrices. Mais quand nous sommes prêt à entrer doucement dans la lueur de la Lune, nous pouvons intégrer ces énergies inconscientes dans notre conscience consciente.

J’aime regarder cette carte, je m’imagine assise au bord du Lac, je contemple la forêt en fond de paysage et, perché au sommet des arbres, cette Lune, l’ombre illuminant la lumière, comme un éclairage dans les profondeurs de l’eau paisible d’un lac attristé.

Quand je vois la Lune, je sais que je suis actuellement en train de faire l’expérience de la perplexité. Mon imagination est l’outil le plus puissant que j’ai et quand il est utilisé avec révérence, et modération, il est une mine d’or à l’expression de mon être. Cependant, si je m’y plonge trop profondément, je me retrouve perdu dans la confusion obscure de mon esprit inconscient. Il peut être si sain de faire de la place pour le spirituel et l’anormal dans notre vie. Mais il est également important de nous assurer de ne pas perdre complètement notre orientation, les pieds sur terre, car c’est ici que nous vivons, sur terre, bien enraciné dans la matière.

 

 

Cherchez des façons de laisser vagabonder votre imagination tout en conservant votre lien avec quelque chose de solide.

 

C’est ce que m’a appris mon inspiratrice, Carrie Mallon* a qui je dois comme a tous, la traduction et l’interprétation pointu de mon jeu de tarot. Un apprentissage au quotidien.

 

Si vous aimez l’univers de The Wild Unknown, vous pouvez le suivre sur Facebook, sur Instagram, sur Pinterest, sur Tumblr et sur Etsy !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources*

http://www.care2.com/greenliving/moon-as-symbol-of-women.html
http://www.europe1.fr/societe/la-lune-tout-un-symbole-42450
http://www.umich.edu/~umfandsf/symbolismproject/symbolism.html/M/moon.html
http://wiki.astro.com/astrowiki/en/Moon
http://www.horoscope.fr/news/la-lune-symbole-feminin-par-excellent-250
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Lune
http://aucoeurdesanges.over-blog.com/page-4226267.html
http://crystallia.unblog.fr/les-phases-de-la-lune-dun-point-de-vue-energetique/
https://www.espritsciencemetaphysiques.com/phase-lunaire-moment-naissance.
https://escapingstars.wordpress.com/blog/

Les 4 états de Conscience.

 

 

 

La conscience qu’est ce?

Définition de la Psychanalyse :
Chez Freud, la conscience n’est que la surface d’un iceberg entièrement immergé et constitué par le pouvoir de l’inconscient. La conscience n’est que “ce qui est connu de soi-même” : “il se passe dans le psychisme bien plus de choses qu’il ne peut s’en révéler à la conscience” (citation de Freud issue de Essai de Psychanalyse).

 

Définition clinique :

La conscience représente l’ensemble des sentiments et des pensées d’une personne et comprend la connaissance de sa propre existence, ses sensations, la perception et l’interprétation de son environnement et de son monde intérieur. En pratique, on peut évaluer le contenu de la conscience du monde extérieur en analysant les gestes moteurs volontaires et reproductives exécutés en réponse aux ordres simples.

Pour le clinicien, la conscience nécessite à la fois l’éveil* et la perception* consciente du monde extérieur.

 

L’éveil (clinique) présente un continuum de comportements, du sommeil profond à l’éveil total. Ce n’est pas non plus un mécanisme de tout ou rien : même durant le sommeil, nous restons sensibles au monde environnant, et une stimulation extérieure intense, inattendue ou nouvelle peut nous éveiller. L’éveil (spirituel ou encore « illumination), s’évoque et se retrouve souvent dans les pensées bouddhiste et à l’hindouiste, désigne un état de conscience supérieur. Cette notion évoque traditionnellement une libération totale de l’ego (en tant que « moi » commun) et l’avènement d’une nouvelle conscience unifiée avec l’univers ou avec le divin, selon les croyances. Un tel état de conscience qui ne pourrait, par nature, être défini par les mots, est censé ouvrir l’individu à la connaissance spirituelle, au ravissement de l’âme, à un sentiment de communion ou une perception holistique de l’existence.

 

Les 4 plans de conscience :

 

 

 :

      « L’esprit est un bon serviteur et un mauvais maître »

H.P Blavatsky

 

Le mental est un ensemble qui vous a été donné. Il ne vous est pas intrinsèque. Le mental est cultivé, il est ce que la société a implanté en nous. Il n’est pas Nous. La conscience est notre nature, le mental est juste la circonférence créée par la société autour de nous, par la culture, par votre éducation. Il est donc notre conditionnement, la logique, ce qui nous permet de comprendre notre environnement, de nous y adapter.

Le mental ne peut pas être tue, ni silencieux. Si le silence est là, il n’y a aucun mental. Lorsque le mental est présent, il n’y a aucun silence. Il nous perturbe, est une maladie. Le mental est une rivière, courant de pensée, créant des pensées tel un flux éternel. Le mental se déplace dans le temps, paradoxalement la conscience vit sans notion de temps. Il ne nous permet pas de s’ancrer, et d’Etre soi.

Il est la logique, cette voix de schéma, de préjugés et stéréotype, de masque et faux – self. Le siège de l’Ego.

 

Comment le faire taire?

Cela n’est pas possible, cependant on peut le dompter. Ne plus être “victime” de son mental, bourreau de sa vie, mais de faire qu’il serve l’âme. La méditation et le changement de la pensée, permette de lâcher son mental, ainsi à force de pratique, vous ressentez un certain calme et une certaine paix. C’est le début de l’ état naturel de fusion consciente avec l’Être qui est, généralement, obscurcie par le mental.

 

Lorsque vous pénétrer de plus en plus profondément dans cet état de vide mental ou de « non-mental », comme on le nomme parfois en Orient, vous atteignez la conscience pure. Et dans cette situation, vous ressentez votre propre présence avec une intensité et une joie telles que toute pensée, toute émotion, votre corps physique ainsi que le monde extérieur deviennent activement insignifiants en comparaison.

 

 

:

 

“Le corps peut réagir à une menace avant même qu’elle ait été consciemment identifiée. “

Serge Tisseron

 

Longtemps mis de côté par la psychanalyse, ravalé au rang de machine par la médecine classique, le corps est en train d’opérer un sérieux come-back en Occident. En témoignent le développement des thérapies psychocorporelles, l’engouement pour les techniques orientales comme le tai-chi, le qi gong ou encore le yoga, mais aussi, paradoxalement, des mises en scènes artistiques ou médiatiques dans lesquelles la présence du corps est affirmée dans l’outrance et la provocation. Aujourd’hui, ces corps « piercés », tatoués, hypersexualisés, tels qu’on peut les voir dans la rue, la publicité ou la mode, ne sauraient être réduits à une simple opération commerciale, mais annoncent un retour en force du corps dans notre culture.

 

Le corps à l’insu de la conscience ne cesse de résoudre des situations complexes. Il possède ses signaux, ses systèmes d’information et de commande. Parfois, il ouvre la voie à une possible transmission de l’indicible, l’inimaginable, l’incompréhensible, le non-symbolisable. Le corps a ses mémoires. Dès lors qu’on accepte qu’il n’y a pas de différence entre le corps et l’esprit, qu’il n’y a pas de pensée sans corps ni de corps sans pensée, une réflexion devient possible sur l’intelligence des corps.

 

 

 

:

 

“Au commencement était l’émotion.”
Louis-Ferdinand Céline 

Lorsque vous commencez à vous ouvrir à ce chemin spirituel ou lorsque vous cheminez depuis un certain temps, vous êtes beaucoup plus fragiles émotionnellement parce votre fréquence vibratoire est moins dense. Vous n’avez donc pas de couches de protection. Certains moments sont donc pénibles parce que les larmes viennent facilement aux yeux.

L’émotionnel a une immense importance ! C’est l’énergie générée par votre centre émotionnel qui dirige vos pensées, vos sentiments et vos relations avec les autres.

Comment pouvoir travailler, discipliner ce centre émotionnel ?Tout simplement en comprenant son fonctionnement !

Le centre émotionnel gère deux énergies : les émotions positives qui vous propulsent vers l’avant et les émotions négatives qui vous clouent sur place. Il faut donc apprendre à faire le tri, à prendre ce qui est bon pour vous, ce qui vous élève et à transformer ce qui vous empêche d’avancer.

Comment le faire ? Simplement en les reconnaissant ! Quand une pensée perturbatrice émanant de votre centre émotionnel se présente à vous et parfois même vous submerge, prenez du receul par rapport à cette émotion, regardez-la et dites lui  : Je te reconnais mais tu ne me déstabilisera pas ! Je t’envoie tout l’Amour que je suis capable de te donner et te demande de me quitter !

Faites-le une fois, deux fois, trois fois et vous verrez avec quelle aisance vous stabilisez votre centre émotionnel. Mais tant que vous serez perturbés par un non lâcher prise, par une souffrance quelle qu’elle soit, votre centre émotionnel générera ces émotions négatives qui vous cloueront sur place, qui vous perturberont.

Plus vous avancerez, plus vous réussirez à rester centrés. Si vous arrivez à élever votre fréquence vibratoire, quitte même à ne plus être protégés de la même façon par la coque de votre matière dense, vous arriverez à comprendre réellement votre fonctionnement au niveau émotionnel et vous n’aurez plus aucun problème.

N’oubliez pas que certaines maladies prennent naissance dans votre centre émotionnel, entre autres les dépressions. Tout peut se gérer avec des prises de conscience. Un jour vous prenez un peu conscience de quelque chose, le lendemain d’une autre chose, et c’est ainsi que vous évoluez, par petites prises de consciences successives.

Ne bloquez pas vos émotions ! Laissez-les s’exprimer, même au travers des larmes, mais essayez vraiment de les comprendre  pour les reconnaître et faire ce que nous avons dit : leur parler, les éclairer afin qu’elles s’en aillent ou soient simplement absorbées par l’Amour que vous leur enverrez. Nous parlons essentiellement des émotions perturbatrices.

Chacun gérera son centre émotionnel selon son niveau de conscience et son évolution. Il n’y a pas de méthode unique, il y en a plusieurs et chacun trouvera la sienne s’il veut réellement se recentrer en permanence. Nous vous donnons une petite méthode mais il en existe bien d’autres. »

Monique Mathieu

 

 

 

:

 

“La spiritualité a besoin d’être cosmique, de nous permettre de vivre avec vénération le mystère de l’existence, avec gratitude le don de la vie et avec humilité dans le lieu que l’être humain occupe dans la nature.”

Leonardo Boff

Ce qui est de l’ordre de l’esprit ou de l’âme, qui concerne sa vie, ses manifestations, qui est du domaine des valeurs morales et intellectuelles; (personne) qui étudie ce domaine.Qui est esprit, qui n’a pas de corps.

Il est très difficile d’expliquer le spirituel, mais je crois revenir souvent sur le sujet.

C’est un mot très utilisé dans la religion, où on le définit comme ce secteur de la vie où se trouve Dieu. Mais la religion n’est pas la seule dimension qui parle du spirituel. D’un point de vue philosophique, ce mot peut avoir d’autres significations. En dehors de la religion, nous avons tendance à penser que le spirituel est la même chose que le psychologique. De ce point de vue, ce qui compose cette spiritualité serait toutes les pensées, les sentiments et les émotions qui nous habitent. Mais ce n’est pas tout à fait vrai : le spirituel va au-delà du psychologique.

 

Les philosophies et les pratiques qui définissent le spirituel comme un tout qui donne un sens de transcendances à la vie sont très nombreuses. Dans cette perspective, le spirituel a un lien avec la pratique de la vertu, dans le but d’atteindre un état de liberté ou de libération ou, en tout cas, de plus grande évolution.

La conscience spirituelle est difficilement atteignable par tous, dans le sens ou elle nécessite que l’on s’investisse dans le monde de soi profond, dans le besoin et l’envie de se rencontrer. Cela implique des étapes d’apprentissage et l’éveil vers Soi.

 

 

Source*

[1] Freud – Essai de Psychanalyse
http://www.laconscience-espace.com
https://developpement-personnel-club.com
http://www.osho.com
http://www.chaouqi.net/index.php?2010/02/25/39-comment-se-liberer-du-mental
http://ducielalaterre.org
https://nospensees.fr