[2] Chap 2 – Et toi, as – tu rencontré un lien d’âme?

Plusieurs d’entre vous se questionnent : j’en ai déjà parlé ici quand j’évoquais les signes qui s’acheminent vers soi dans ce parcours singulier. Il m’apparaissait donc naturel de venir compléter mes propos, et d’enrichir ma vérité. On ne le rappellera jamais assez, pour ne pas froisser les ego, qu’il s’agit de MA vérité, basée sur deux années d’observations au sein de multiples groupes de paroles. De deux années d’un vécu personnel de distance, de chemin vers mon intériorité, mais encore plus vers mon unicité. Une vérité, appartient à soi, que l’autre y accorde de l’intérêt et une croyance est de sa propre responsabilité. Mais une vérité doit être remise en doute. Le doute mobilise, la certitude fige. J’ai eu des croyances, je me suis empreinte d’une vérité et celle-ci évolue, change en fonction de mon expérience. Et je me dois d’être authentique envers moi même. Reconnaître la mouvance de celle ci, dire aussi quand ma vérité est modifiée et en quoi. Cela n’engage que moi, et cela n’oblige aucunement une personne a y adhérer, à comprendre, chacun ayant envie, besoin de croire en sa vérité, car c’est ainsi que chacun s’inscrit sur son propre chemin de vie.

Je suis l’expression et la transmission de mon expérimentation, de mon vécu. Libre est celui qui souhaite y piocher un écho. Un mots qui résonne.

Petit rappel

Retrouver cette personne, a deux pendants:

  1. Une rencontre fortuite, qui n ‘a rien d’extra ordinaire dans un premier temps, parce que les émotions quelle suscite ne sont pas classables dans ce que l’on connait, d’une relation « amoureuse » ou « passionnelle » comme on pourrait le vivre avec une âme sœurs ou karmique par exemple.
  2. Une ouverture, la perception d’un monde différent, comme un tsunami qui nous transforme profondément, sur TOUTES les problématiques qu’impose une seule et même expérience. Comme si un seul moment, un seul test, devait être perçu sous toutes ses facettes en même temps et pansés sur le moment.

Une osmose, deux rythmes

Il y a celui qui comprend vite le lien, en tout cas, avant que l’autre ne le nomme, et il y a celui qui le sait déjà sans pouvoir le nommer. C’est le début d’un grand huit, d’une via ferrata dans les hautes montagnes. Se sont deux être, similaires (oui même œuf d’origine) dans leur personnalité: unique, qui sont dans deux expressions émotionnelles complémentaires et inversés. Pour l’un, beaucoup d’intensité , indéfinissable, amour et bonheur face aux échanges. Pour l’autre, une impression que le bonheur n’existe pas sur l’instant et qui pourtant le cherche désespérément. Un aimant, d’amour et de bonheur et parfois des chagrins inexpliqués pour l’un, et pour l’autre c’est souvent plus difficile car il a l’impression, au début que ce qu’il vit et ce qu’il ressent son dissonant, non réel.

La communication: C’est comme si on parlait le même langages mais que les mots n’étaient pas compris dans le même sens. Il semble y avoir beaucoup de similitudes, notamment sur les parcours de vies, aux mêmes ages, les mêmes aventures mais avec un scénario inversé. Et pourtant une grande différence qui génère une incompréhension d’expression langagière (on comprendra plus tard que cela sert aux réveils des matériaux traumatiques). Contrairement aux âmes sœurs qui elles on cette compréhension de l’autre, peuvent aussi l’entendre, si ils sont éveillés à leurs sens. Il faut comprendre qu’il s’agit d’une compréhension dans les mots. Les flammes jumelles elles, se ressentent, ce qui crée cette sensation d’avoir cette plénitude quand on est à ses cotés. Mais les mots ont une portée toute autre. Elle sert à ne pas tomber amoureux, dans un schéma de relation classique. Cela se comprend vite car on ne se dit pas « je veux être en couple avec lui ». C’est quelque chose qui n’est pas envisagé dès le départ et cela est un point essentiel pour différencier le lien à un autre. C’est pour cela que les personnes se posent les questions sur le lien qu’ils vivent. Ne sachant pas la mettre dans une case, ils ne parviennent pas à assimiler ce qui leur arrive, par le biais de se mental qu’ils doivent dépasser.

Ce que j’ai pu entendre: « Il ne m ‘attirent pas », « il n’y a pas d’envie de sexe entre nous », « Ça ne ressemble pas a ce que j’ai ressenti quand j’ai rencontré d’autre personne par le passé », pourquoi se serai ce lien alors? Parce que justement ça n’est pas tout cela. Il me plait, il y a cette amitié, naturelle, cette sensation, cette affection, cette tendresse, cette impossibilité de ne pas être indulgence, amour et surtout complaisant. C’est assez déroutant.

Ce que j’ai compris : J’ai de suite ressenti que l’on ne pourrait pas se mentir, se tromper, se cacher derrière des faux semblants. Une mise à nue. Même nos mensonges ont se les disaient, même nos pires hontes. Comme une force qui ne pouvait aller puiser dans les mécanismes de défense pour se jouer de nous, derrière nos masques. Alors je prend un parti, le mien, celui de dire que si vous êtes face à une personne avec des caractéristiques divergente, ce n’est pas possible que vous soyez dans ce lien. Je ne l’ai jamais perçu, ni vécu dans mes différentes observations. J’appuierai mes propos avec ceci:

La polarité YIN (masculin) selon moi, est dans l’amour inconditionnel dès le départ, de fait il ne peut pas, en conscience:

  • Etre méchant, violent physiquement et psychologiquement
  • Manipulateur, pervers, égocentrique, égoïste, humiliant
  • Vous tromper, adultère ou encore être intéressé par une autre personne une fois le lien nommé

Tout ce qu’il fait, inconsciemment ou en conscience, c’est par amour pour l’autre, le lien. Alors oui moi aussi j’ai exprimé des pensées négatives et des sentiments du même ordre quand mon émotion était dominée par ma douleur, mais une fois revenu vers moi j’ai compris que cela ne m’aiderai pas. J’ai changé mon regard sur moi et mes pensées se sont aussi modifiées.

Concession : A la différence des couples d’âmes sœurs qui feront ou pas des concessions, les Flammes jumelles ne le peuvent pas, puisque c’est en étant véritablement soi-même qu’ils pourront être. Elles ne peuvent pas se changer mutuellement

Modification d’attitude: « Un jour je me sens moi, l’autre on dirai quelqu’un d’autre, même mon regard change. C’est comme si ma personnalité n’était pas comme d’habitude sans pouvoir se contrôler. » (FJ, Yang)

Changement: Le seul changement possible est en Soi, il est illusion de croire que l’on peut changer l’autre, que l’autre doit combler nos plaies béantes. On parle de complétude, dans le sens ou l’autre nous complémentarise et nous nous complétons. Il n’est pas question de manques, ni de combler quoi que se soit. Le principe même de cette relation est en opposition avec les autres types de lien.

Les origines:  ce nom, donné comme ressentis dans un lien d’âmes, ce n’est pas ce que tu es, ce que je suis mais une énergie. Celle-ci est générée par les deux personnes en lien. Cette énergie est une densité créatrice nécessaire. Les étapes qui doivent être passées sont essentielles afin de grandir, de comprendre et le délai (temps pour le monde duel dans lequel on évolue) permet un moment en soi pour mieux intégrer les éléments appris de ces étapes. Tout ces compréhension s’inscrivent dans notre chemin de vie, afin de panser les blessures et avancer vers soi et vers l’autre.

La séparation: C’est un intervalle, une distance entre deux temps. Celui d’avant et celui d’après. Les flammes jumelles n’y échappent pas, je le pose aussi surement que courageusement. Je connais les différences de vécus, les avis divergents sur le sujet. Beaucoup penseront les choses d’une autre manière et c’est tant mieux. Ce sujet fait débat et le débat est émetteur de doute, de remise en question. Cela fait évoluer sa réflexion, donc Soi. J’aime le débat, j’aime les différences de point de vue. Pourquoi devrions nous tous penser pareil? En ces lignes je partage MON point de vue, sans attendre qu’il fasse l’unanimité. Je fus inconstante sur ma perception. Parfois j’ai soutenu que tout était envisageable, mais plus j’ai avancé sur ma séparation plus l’avis que j’expose aujourd’hui c’est imposé à moi, intérieurement, canalisé comme une évidence. Si vous rencontrez une personne que vous ne quitterez plus jamais, c’est certainement une belle histoire d’âme sœur ou une relation amoureuse ou karmique, mais pas une flamme jumelle. Les théories les plus anciennes, ainsi que ma propre analyse posent que c’est de la séparation des flammes jumelles que tout naît. Cela sert à raviver le scénario initial de séparation en version accélérée en quelque sorte. C’est durant leur séparation que tout ce joue et de cette mise a distance, sont compris les messages majeurs de manière approfondit. Des éléments clés de la relation, même si cela est douloureux. La « séparation » c’est apprendre à être Soi au delà du faux self, de l’ego et isolément l’un de l’autre.

Cependant ce n’est pas parce que j’ouvre un débat, je m’ouvre aux possibilités de chemin d’âmes différent il n’empêche que tout comme un parcours systémique de soin et thérapeutique il y a une trame de fond qui ne bouge pas. Les étapes. Alors le rythme va différé, le traitement des étapes aussi, en fonction des personnalités, des délais de traitement des blessures et de pansement de celles – ci. Mais chaque étape est communes à tous, donc le fond. Dans la forme en quelques sorte aussi.

L’unité : L’équation d’être UN. Connaissez vous la formule ?
1+1 = 1_1 et pas 2 ni 3. Car 2, concerne la dualité, le 3 concerne la considération d’une personne + son autre + la troisième énergie en considérant que les deux soient devenu 1 .

Les retrouvailles: que la préparation cesse, et les retrouvailles ont lieu, lorsque se suffit à soi-même. j’entend par la que l’on a suffisamment cheminer seule, comme si nous étions allé au bout de ce que l’on peut traverser par sa seule force intérieure, sans les retrouvailles avec son autre. Que la vie décide alors de nous faire passer au level supérieure, et comme un coup de pied au fesse, l’échange a lieu. Tant que l’on cherche quelqu’un pour combler des vides, des manques sans prendre pleinement conscience de son SOI rien ne se produira, c’est quand on devient SOI que l’on peut ÊTRE. C’est un cadeau de la vie !

Les âmes sœurs sont des âmes avec lesquelles nous avons partagé de nombreuses vies, parfois de très jolies histoires amoureuses. Les passions, le tumulte, la déraison sont le privilège de l’amour entre âmes sœurs, et c’est ce que recherchent nombre d’entre nous. Cheminer vers sa flamme jumelle est différent, c’est accepter avant tout une mission d’amour, c’est partir de soi pour aller vers l’autre, c’est se retrouver, c’est un amour que vous n’avez jamais connu jusque là, c’est un amour pur et absolu dont le dessein vous dépasse…

Alors flamme jumelle ou autre lien d’âme ?

Finalement est – ce si important? A quoi ça vous sert d’être dans un lien d’âme?

Ce que je crois est ce que je vis : Il n’y a que l’expérience qui à du sens. Les propos et les histoires sont importants pour observer une situation dans la largesse de ses possibilités. Des individus qui se rencontreraient pour ne plus jamais se séparer ne seraient pas des flammes jumelles mais plutôt d’autres liens. Il semblerait que dès qu’elles se rencontrent les flammes jumelles se retrouvent aussitôt contraintes de se « séparer », et cela pour des motifs aussi divers que variés, et c’est sans doute dans la diversité des causes que l’on peut comprendre que la finalité est justement « la distance » C’est presque « plus fort » alors que beaucoup d’autres ne se seraient jamais séparées en pareilles circonstances. La séparation revêt plusieurs aspects, et en fonction de chaque parcours cela peut être de vécus et de formes différentes. Mais la distance qui se crée entre deux est une nécessité pour panser les blessures et revenir à soi. Une variation des formes et dans le fond un même objectif se rencontrer Soi, et revivre la « séparation originelle ». C’est revivre ainsi de façon accélérée le scénario de la création.

Sinon comment apprendre? Comment comprendre?

Nous sommes tous en mesure de vivre cette distance en apparence. C’est vécu comme une fin de relation normal, … en apparence. Mais en secret, dans le noir d’une vie remuée, c’est un bouleversement si fulgurant, si intense comme fut les retrouvailles, qu’il est douloureux. Une situation qui n’a jamais été vécu avant. C’est tout comme la perte d’un être chère, je me rappelle encore avoir entendu à mon oreille  » On dirait que tu vis une rupture sentimentale, un deuil. dans ton comportement, ton émotionnel tout laisse à penser que… ». Serais – ce là l’écho d’une souffrance passée, déjà vécu, laissant son souvenir dans les affres du subconscient. C’est cette trace que les retrouvailles, suivies de cette distance, vont faire remonter. Doucement, l’émotion ravive les cicatrices les plus profondes pour finir par déclencher tous les autres phénomènes en cascade: La nuit noire de l’âme. J’en suis le témoin. Ce plongeons vers soi, en soi est nécessaire a toute évolution d ‘âmes, peu importe le lien.

À la suite de cette mise a distance, tout d’abord physique puis aussi psychologique, on commence à ressentir des choses improbables, au départ on ne sait pas ce qu’elles étaient, des émotions, des « non » émotions. C’est ainsi que progressivement, sans raison apparente, on commence à être différente, on n’a jamais de coup de foudre, mais un lien fort, alors pourquoi ne pas passer a autre chose, tout aussi facilement que le tissage de ce lien? Un questionnement suffisant pour remettre en question tout ce que l’on pense connaître de soi, de ses émotions. Sans le savoir, on commence à se déconditionner, à remettre en question toutes ses catégorisations, tout ses préjugées, tout ce que l’on croyait être. Un reset de vie, et le départ de ce que l’on ne me doutais pas, la fin de Tout. Un chaos.

Effectivement, ce lien à prit LA place, encore plus seule que précédemment. Progressivement schizophrène, profondément folle de ne pouvoir oublier, sont deux points parmi beaucoup qui permettent de se poser en Soi et observer le noir, le noir profond, pendant des semaines, des mois parfois jusqu’à ce que…

Un jour, la lumière, celle de l’évidence. Celle du chemin parcouru, celle de la raison, qui n’en ai finalement pas une : La mémoire, l’éveille d’un Soi, différent. Sans ce sentiment d’étrangeté, sans l’expérience d’inoubliable, on ne peut pas vraiment comprendre l’ordinaire et l’ouverture. Pour en comprendre leur opposés ensuite. Ce qui fait la différence d’un « je sais » à un « je perçois » c’est la solitude.

C’est un chemin très particulier vers la vérité qu’il faut accomplir seul.

Le temps: Est la clé de cette période de solitude. Pour comprendre qu’il n’est pas de temps, que ce « moment » fortifie le Soi et permet l’éveil dans sa complétude. Il n’est alors plus de temps qui compte mais un délai. Celui de l’organisation, de la préparation. Ce délai, sert aux deux, sous deux formes complémentaires mais différentes. Arpenter la solitude pour être Soi, en Soi – et apprécier la distance pour comprendre le lien.

Notre flamme jumelle, c’est littéralement l’autre moitié de notre âme. Même si dans cette incarnation nous sommes unique.

Tu peux dire adieu, tu ne l’oubliera jamais.

Même si cela n’a lieu q’une fois, que quelques heures, que quelques semaines, c’est une marque indélébile. Cette rencontre n’entre pas dans le schéma relationnel conforme aux usages et pourtant elle revêt un caractère particulier. Je te vois dans mon regard. Je me vois dans tes yeux. Les yeux ont un rôle primordial et c’est ce que l’on appel le reflet de l’âme. Un chose se passe à ce moment là. Une prise de conscience. Nous sommes chacune notre premier contact.

Les âmes ont tendance à se regarder « en surface » et jamais véritablement dans les yeux. Ils sont intimidés par la présence de l’autre, de plus le regard de l’autre est d’une intensité particulière qui offre une véritable projection universelle, voilà pourquoi ils se regardent assez rapidement sans se fixer dans les yeux. Le jour où ils se regardent véritablement, c’est qu’ils s’apprêtent à fusionner.

 Rencontrer un lien d’âme c’est accéder à l’amour universel et absolu de Soi. Sinon tout du moins cheminer dans sa direction, c’est se redécouvrir, se rencontrer. C’est comprendre qu’aimer quelqu’un cela doit être sans contrepartie et sans possession. Sans attachement et sans dépendance. Mais c’est aussi aimer sans passion (ce que la plupart des gens recherchent sur terre et qui est réservé aux âmes sœurs), c’est comprendre certaines vérités ou les assimiler plus vite.


source citation :L’unité est la clé par Fabien Marchand // AG. // flammes jumelles.org

Une réflexion au sujet de « [2] Chap 2 – Et toi, as – tu rencontré un lien d’âme? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *