🌵Les autels de plume

Lorsque l’on parle de méditation, d’autel on pense souvent à religion, vénération d’un dieu, dogme, spiritualité…..

Tout ce mélange, tout ce confond. Nous ne sommes pas là pour parler de cela….

« Le monde irait peut-être mieux sans religion » disait SS Dalaï Lama

Le bouddhisme tibétain apparaît comme un pont entre la science et la spiritualité et permet d’imaginer des méthodes pour réformer les relations entre humains. On y retrouve les mandalas, autel, la méditation, les mantras. Tout ces “outils” repris aujourd’hui par notre société pour cette quête du mieux être dans un monde souffrant.

Et la quête de sens propre à soi?

La prière, les rituels, la ferveur vis-à-vis d’un maître spirituel, c’est bien, mais ce n’est pas cela qui va apporter le changement intime dont parle le bouddhisme a l’initiale, ni aider à changer le monde.

N’oublions pas qu’aujourd’hui le bouddhisme tel qu’il a évolué est aussi devenue, pour les meconnaisseurs, un dogme.

Mais qu’en est-il en pratique de cet “autel”?

Et si on l’observait d’un point de vu introspectif et créatif? Bien loin du reste.

Laissant à chacun la liberté d’y poser ce qu’il souhaite, qui à du sens pour lui. Que se soit dogmatique, religieux, de l’ordre du développement personnel ou de la méditation pleine conscience en mieux être?

Chacun fait comme il veut. Gaëlle Blanquart nous parle de l’autel dans son groupe, je vous invite à y réfléchir et a la contacter si ses suivis vous intéresse.

En ce qui me concerne j’en ai 3. Un d’été pour les lecture, le travail de groupe et les ateliers avec mes enfants. La méditation aussi. C’est un espace ouvert qui se veut nature et connecté.

Un d’hiver que j’adore. Mon lieu préféré. J’y pratique la cartomancie, j’y confectionne mes malas et les bracelets en pierres naturelles. J’y écris aussi. Il est dans mon bureau.

Et puis il y a le petit dernier. Depuis deux ans, je voyage bcp. Je suis souvent a droite, a gauche. Pour le travail, les formations, les retraites. Bref j’en avais un peu marre de tout déménager. Alors je me suis inspirée d’une grande dame Castroise pour confectionner le mien.

🌵 Un autel de voyage qu’est-ce?

Le mien est inspiré du monde wicca mais je l’ai personnalisé de mon univers:

✨Choisir un contenant – j’ai pris un boîte en bois. Que j’ai customisée (gravure sur bois et bru de noix) oui je suis une Bricotherpeute. Je dirai 20cm/16/9

✨Y déposer une représentation de la femme et l’homme. On dieu/déesses ou yin-yang.
✨Une bougie blanche pour l’élément FEU
✨Un coquillage pour l’élément EAU
✨Une pierre ou du sel pour l’élément TERRE
✨Une plume pour l’élément AIR
✨De l’encens, sauge et/ou Palo santo + briquet ou allumettes.
Pour une pratique en lithotherapie:
✨Un cristal de roche + une améthyste
✨Mon mini tarot
✨Un bâton de Sénelite + Pie stone en hématite
Pour une pratique en aromathérapie :
✨Galet #doterra et des minis huiles essentielles de 2 ml dans une super pochette de 10 rangements.

🌵Le courage de ses rêves: Celle qui a tout quitté pour se réaliser

L’instant thé (rapie) du matin

Elle a réalisé que les choses difficiles pouvaient indiquer qu’il fallait choisir un autre chemin.

Puis en a fini avec les distractions, les petites addictions qui l’éloignaient des véritables désirs de son âme. Elle a réalisé que la force du caractère venait de la concentration et de l’engagement.

Celle qui a cessé de subir ça fatigue, de lutter face aux évidences et tiraillements à un jour compris qu’il faut prendre conscience du toxique autour de soi, des manipulations. C’est une question de vie.

Celle qui pour se rassembler, s’aimer inconditionnellement et avancer vers son chemin personnel a fait des choix.

Connaissez-vous l’importance de cet acte de foi* vers soi?

Il est important de se débarrasser de ce qui ne nous convient plus pour se confirmer comme voulant se désencombrer et renaître à soi.

Déployer ses ailes c’est choisir et actionner. Cela demande de regarder la réalité en face, cesser de bloquer ses sentiments, s’ouvrir aux autres en confiance, et proposer, malgré la torpeur et le questionnement un autre paysage à sa vie. Car comme je l’ai déjà dit nous n’avons qu’une vie et une seule chance de l’écrire.

La perception de la réalité, de la spiritualité font que le choix ne tient qu’à soi.

Finalement qu’est-ce qu’un problème ?

Survient une crise, et l’esprit est incapable de relever le défi totalement.
C’est là que le problème se pose n’est-ce pas ?

La réponse inadéquate à un défi, voilà ce qui crée le problème. Faire ce qui est bon pour soi en prenant compte que tout ce que l’on choisit n’est pas bon pour tous et une réalité.

Et alors?

Celle qui a cessé de faire passer ses engagements matériels et familiaux avant ceux de son cœur a crée le besoin de défi, a cessé de s’endormir devant les crises.

Rappelez-vous que vous disposez de votre libre arbitre et la responsabilité de vos choix.

La vie lance des défis à chaque instant. Si fatiguée, si usé, nous ne voulons pas être provoqué et nous nous réfugions dans un monde “vitrine” de notre invention.
Si on écoute son cœur, on s’élève et on perçoit ce qui est vrai pour nous et on cesse d’être dans la négativité diffuse.

Un exemple parmi d’autres…quitter son travail…

C’est cessé de s’attacher à un schéma répétitif. Cela permet de prendre ses responsabilités. C’est profiter des portes nouvelles qui se proposent à soi. C’est avoir cet amour inconditionnel envers soi cette compassion.

Se pose alors la question de l’amour inconditionnel mais ceci est un autre débat.

Et vous que choisissez-vous; les schémas répétitifs ou de passer la porte et vivre ?